QUAND L'HISTOIRE FAIT DATES

33, 1492, 1789, 1945... Comment ces dates se sont-elles glissées dans notre mémoire collective ? Qui a décidé lesquelles étaient mémorables ? Comment construit-on un événement, pourquoi, pour qui, et comment finit-il par entrer dans les manuels d’histoire ?

L’historien Patrick Boucheron revient sur quelques unes de ces dates pour découvrir en quoi elles nous aident aujourd’hui à saisir le panorama d’une histoire globale. Car il existe de nombreux calendriers différents dans le monde... Pas une histoire unique mais une multitudes d’histoires enchevêtrées.

Alors élargissons la focale, renversons notre point de vue, et livrons-nous avec Patrick Boucheron à ce petit exercice de « fabrique de la mémoire ».

QUAND L'HISTOIRE FAIT DATES saison 01:

Episode 1 - 1492, Un nouveau monde
Réalisé par Denis van Waerebeke
Officiellement, 1492, c’est l’année de la découverte des Amériques, la fin du Moyen-Age, et le début des Temps modernes. Mais il se pourrait bien que ce pied posé par Christophe Colomb sur une plage des Antilles un jour d’octobre, occulte une histoire bien plus complexe, une histoire qui commence en Andalousie, à Grenade, et qui colore la modernité occidentale d’une teinte un peu différente.

Episode 2 - 33, Crucifixion de Jésus
Réalisé par Denis van Waerebeke
Le temps chrétien est un temps orienté. Il commence avec la naissance du Christ, mais ce qui lui donne son sens — sa direction et son espérance — c’est la Crucifixion. C’est elle qui fait date dans une histoire chrétienne. La crucifixion de Jésus est peut-être pour les historiens l’indice le moins incertain de l’existence de Jésus. Pourquoi inventer une histoire pareille, si scandaleuse, si incroyable, si elle n’était pas vrai ? Le christianisme d’ailleurs, ce n’est rien d’autre que cela : faire date avec de l’incroyable.

Episode 3 - 6 août 1945, Hiroshima
Réalisé par Lucie Cariès
Hiroshima n’est plus un nom de lieu, mais un nom universel pour dire la peur atomique. Car la ville n’a plus d’autre histoire que celle de son anéantissement, plus d’autre mémoire qu’une frayeur à conjurer. Et dès lors se pose pour le monde entier une question propre à la modernité : comment commémorer une catastrophe ? Comment faire advenir jusqu’à nous ce qui est advenu ce jour-là ? Pour comprendre ce qui a eu lieu, il faut passer au-delà des images, ou plutôt au-delà de la guerre d’images que se sont livrés Américains et Japonais. C’est cette histoire qu’il nous faut tenter de raconter. Pour approcher le moment où l’humanité a pris conscience de la possibilité de sa propre fin.

Episode 4 – 1347, La peste noire
Réalisé par Pascal Goblot
Alors que la grande peste décime le tiers de la population, et la moitié des villes, en 5 ans, il reste finalement peu de traces du passage de la pire catastrophe naturelle que l’Europe ait connue. Pourquoi ? Que s’est -il vraiment passé entre 1347 et 1352 en Europe ?

Episode 5 – 1431, La chute d’Angkor
Réalisé par Denis van Waerebeke
Cet épisode tente de reconstruire 1431, date présumée de la chute d’Angkor. Et c’est bien de reconstruction qu’il s’agit, car la date à laquelle ce puissant empire situé à l’emplacement du Cambodge actuel s’est éteint après 6 siècles de domination régionale est loin d’être clairement établie. Pas plus, d’ailleurs, que les causes de sa chute. Car tout est incertain dans cette histoire… Au point qu’on peut se demander si la chute a vraiment eu lieu !

Episode 6 - 24 septembre 622, L’An I de l’Islam
Réalisé par Pascal Goblot
L’Hégire, le passage de Mahomet de la Mecque à Médine en 622, marque le début d’un temps nouveau : c’est l’an 1 de l’Islam. Mais que sait-on vraiment de la naissance de l’Islam ? Comment se fait-il qu’en moins d'un siècle, une nouvelle spiritualité ait conquis un empire ?

Episode 7 - 20 juin 1789, Le serment du Jeu de Paume
Réalisé par Lucie Cariès
Le 20 juin 1789, les députés du Tiers-Etat, réunis dans la salle du Jeu De Paume à Versailles, jurent ensemble de ne plus se séparer tant qu’ils n’auront pas donné de constitution à la France.
Que s’est-il réellement passé ce jour-là à Versailles ? Et qui sont ces hommes qui, en se rassemblant, par leur serment, ont imposé la présence du corps du peuple comme souveraineté nationale ?

Episode 8 - 11 février 1990, Libération de Nelson Mandela
Réalisé par Denis van Waerebeke
« Je suis ici devant vous non pas comme un prophète mais comme votre humble serviteur » tels sont les premiers mots prononcés par Nelson Mandela à sa sortie de prison le 11 février 1990, devant les caméras, après 27 ans de captivité. L’événement est, d’emblée, de portée mondiale tant la lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud était devenue une cause de mobilisation universelle.
Première terre africaine à avoir été colonisée, l’Afrique du Sud est donc historiquement la dernière à être décolonisée. C’est donc bien cela qui fait date en 1990 : la fin d’une histoire coloniale aussi violente qu’elle fut longue. Mais est-ce vraiment la fin ?

Episode 9 - Un jour de 79, La destruction de Pompéi
Réalisé par Pascal Goblot
Pompéi est restée cachée au regard des hommes pendant plus de 1600 ans, jusqu’à ce jour de 1748, où l’on vint y exhumer des sculptures et des vestiges antiques pour décorer le palais du roi de Naples. Commence alors une autre histoire, celle de l’archéologie, mais aussi celle de la construction d’un imaginaire du monde romain, qui voit dans Pompéi le modèle de la cité antique.
Mais ne fait-on pas fausse route en cherchant à Pompéi la conservation miraculeuse d’une cité romaine idéalisée?

Episode 10 - 13 juin -323, Mort d’Alexandre
Réalisé par Denis van Waerebeke
Avec Alexandre, meurt à Babylone le plus grand conquérant de l’histoire, le seul à avoir étendu un empire sur l’ensemble de l’Eurasie. Ce qui est arrivé jusqu’à nous, bien plus tard, est une vague puissante de légendes bien plus forte que l’histoire, la légende d’Alexandre.
Que faire d’une histoire qui est presque indissociable de son mythe ?


QUAND L'HISTOIRE FAIT DATES saison 02:

Episode 1 - -399, le procès de Socrate
Réalisateur: Denis Van Waerebeke

Historien à l'image: Paulin Ismard
Ancien élève de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, Professeur en histoire grecque à l’Université Aix-Marseille Université. IL a notamment publié L’événement Socrate (Flammarion, 2013) et La cité et ses esclaves (Le Seuil, 2019).

Pourquoi Socrate a-t-il été condamné par la cité d’Athènes ? La figure du maître à penser, susceptible de subvertir la jeunesse représentait-elle un danger pour une démocratie grecque que l’on rêve plutôt qu’on ne la comprend ?
Tour à tour convoqué pour justifier l’autonomie des intellectuels et pour relativiser l’idéal politique athénien, le procès du « patron des philosophes » est devenu un mythe actif, capable autant de justifier la tolérance, la liberté de pensée que la dictature idéologique.

Episode 2 - 25 août 1270, la mort de Saint-Louis
Réalisateur: Benoit Laborde

Historien à l'image: Yann Potin
Ancien élève de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, archiviste-paléographe, Yann Potin est historien et archiviste. Maître de conférences associé en histoire du droit à l’université Paris-Nord, il est chargé d’études documentaires aux Archives nationales. Il a coordonné « L’histoire mondiale de la France » sous la direction de Patrick Boucheron.

Le 25 août 1270, 22 ans jour pour jour après s'être lancé dans sa première croisade, Louis IX meurt seul sur les rivages de la Tunisie, à Carthage. Son règne, placé sous le signe de la justice royale et de la paix de l’Eglise, se termine de manière catastrophique.
Mais quelles sont les raisons qui conduisirent le roi le plus puissant d’Occident à reprendre le chemin de la croisade en 1267, à l’âge de 53 ans, sans mobile vraiment évident ?

Episode 3 - 14 mai 1610, l’assassinat d’Henri IV
Réalisateur: Pascal Goblot

Historien à l'image: Yann Lignereux
Ancien élève de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, professeur en histoire moderne à l’université de Nantes. Il a notamment publié

L’assassinat d’Henri IV, roi pacificateur et réformateur, est autant une scène canonique de l’histoire de France qu’une césure décisive de la modernité politique.
Qui meurt lors de l'assassinat de la rue de la Ferronnerie, le 14 mai 1610 : est-ce seulement un individu ou est-ce plus largement tout le corps du Royaume qui se trouve frappé au cœur? Le geste meurtrier de Ravaillac a précipité une évolution de grande ampleur, en sacralisant l’Etat royal.

Episode 4 - Octobre 1860, le sac du Palais d'été de Pékin
Réalisateur: Juliette Garcia

Historien à l'image: Pierre Singaravelou
Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur à l’UMR SIRICE et membre de l’institut universitaire de France, Pierre Singaravelou a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire du fait colonial et de la mondialisation en Asie aux XIXème et XXème siècle. Il a coordonné "L'histoire mondiale de la France" sous la direction de Patrick Boucheron.

En octobre 1860, 3 000 soldats anglais, et autant de français, pillent et détruisent méthodiquement le Yuánmíng Yuán, le palais d’été de l’empereur Qing Xianfeng. Point culminant de la seconde guerre de l’opium opposant à la Chine les puissances coloniales de la France et du Royaume-Uni, l’événement constitue un acte sans précédent de violence occidentale, en faisant du vandalisme le fondement d’une politique de soumission. Il est aussi le signe de la résistance commerciale de l’immense empire chinois au capitalisme mondial en cours de construction.

Episode 5 - 4 juillet 1776, la déclaration d’indépendance américaine
Réalisateur: Denis Van Waerebeke

Historien à l'image: Nathan Perl-Rosenthal
Professeur adjoint d'histoire et des sciences de l'espace à l'Université de Californie du Sud

Ce que l'on célèbre le 4 juillet n’est pas l'indépendance des Etats-Unis, votée par les délégués du Congrès continental de Philadelphie deux jours avant, mais un texte fondateur, la Déclaration d’indépendance, qui va d'une certaine manière imposer au monde une nouvelle philosophie avec ces mots fracassants : « Il faut tenir pour une vérité d'évidence que les hommes sont créés égaux. ».
Mais comment concilier l’universalité des Lumières avec l’exceptionnalité d’une nation libérale qui se fonde dans la guerre civile ?

Episode 6 - 29 mai 1453, la prise de Constantinople
Réalisateur: Benoit Laborde

Historien à l'image: Edhem Eldem
Edhem Eldem est historien, lauréat du prix d'excellence dans la recherche de la Fondation de l'université de Boğaziçi. Professeur invité au collège de France depuis 2017, il occupe la chaire Histoire turque et ottomane.

La chute de Constantinople (et donc de l’Empire byzantin), inscrit dans une continuité qui n’est autre que celle de la Rome antique, est une mise en scène. Même si le sultanat ottoman était maître de la Turquie d’Europe et d’Orient depuis alors plus d’un siècle, la date a longtemps été considérée comme la césure entre les périodes médiévales et modernes… Cette rupture des temps est un aussi un partage des espaces : désormais l’Orient et l’Occident semblent ne plus se comprendre tout en ayant irrémédiablement besoins l’un de l’autre.

Episode 7 - 21 avril - 753, la Fondation de Rome
Réalisateur: Lucie Caries

Historien à l'image: Audrey Bertrand
Ancienne élève de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, Maître de conférence en histoire romaine à l’université Paris-Est-Marne la Vallée.

21 avril – 753 : ab urbe condita - le monde romain eut durant plus de 1000 ans la certitude du jour de sa fondation. Le récit mythique, formalisé par Tite-Live, était fondé sur la lutte de jumeaux fondateurs, fils d’un dieu, Mars, et d’une vierge, Rhéa Silva. Mais recherches archéologiques et critiques historiques sont désormais convaincues que la ville est à la fois plus ancienne, et le mythe plus récent.

Episode 8 - 315, la donation de Constantin
Réalisateur: Denis van Waerebeke

Historien à l'image: Etienne Anheim
Ancien élève de l’ENS Fontenay-Saint Cloud, Directeur d'études à l'EHESS et directeur des éditions de l’EHESS

La Donation de Constantin est peut-être sinon le plus célèbre, du moins le plus influent des textes du Moyen âge. C'est lui qui légitime le pouvoir temporel des papes ; c’est par lui que la papauté devient, au cours du Moyen-Âge, une puissance territoriale. Mais son éblouissante réfutation par l’humaniste Lorenzo Valla en 1440, révèle le plus grand faux documentaire de l’histoire de l’Occident.

Episode 9 - 751, les Arabes s’arrêtent à Talas
Réalisateur: Juliette Garcias

Historien à l'image: Emmanuelle Tixier du Mesnil
Professeur en histoire médiévale à l'Université Paris-Ouest-Nanterre- la Défense, chargée de recherche à l'institut d'études de l'Islam et des sociétés du monde musulman (IISMN), ses recherches sont consacrées à l’histoire et à la géographie arabe, andalouse et maghrébine

Au cœur de l’Asie centrale, aux confins des actuels Kazakhstan et Kirghizistan, se joua au milieu du VIIIe siècle de notre ère, une bataille sans vainqueurs. Cette date symbolique marque l’extension maximale vers l’est de la première islamisation de l’Eurasie, comme les rebords de l’empire chinois des Tang vers l’ouest. Dès lors ces deux mondes vont se tenir à distance, avec la « route de la soie » et le monde de la steppe comme enjeu central.

Episode 10 - 1848, le printemps des peuples
Réalisateur: Pascal Goblot

Historien à l'image: Quentin Deluermoz
Professeur en histoire à l’Université Paris-Diderot, Quentin Deluermoz est un historien des mouvements révolutionnaires au XIXe siècle. Il a publié Commune(s), 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle (Le Seuil, 2020).

Troisième révolution française, seconde république, première révolution européenne : 1848 n’est pas tout à fait une date : c'est un millésime. Il ne concerne pas que la France, mais toute l'Europe. On ramène fréquemment les révolutions de 1848 à leurs échecs. Mais elles ouvrent aussi un possible pour l’avenir. La république sera-t-elle sociale ou libérale ? Comment l’idéal universaliste s’articule-t-il avec l’éveil des nationalistes ? Quel sens donner à l’idée de fraternité ? Quels sont les contours et les limites de la souveraineté du peuple ? Tous les thèmes de la modernité politique sont posés en 1848.

Episode 11 - 1961 : 17 octobre 1961, un massacre colonial à Paris
Réalisatrice : Juliette Garcias

Historien à l'image: Emmanuel Blanchard
Maître de conférences au département de science politique de l'Université de Versailles-Saint-Quentin, chercheur rattaché au CESDIP (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales).

Le 17 octobre 1961, à l’appel du FLN, 20 à 30 000 Algériens de France défilent pacifiquement dans Paris. 12 000 personnes sont interpellées. La rafle, organisée par le préfet de police Maurice Papon, est suivie de très brutales exactions et de très nombreuses disparitions. C’est la répression d’Etat la plus violente qu’ait provoquée une manifestation de rue en Europe depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Entaille majeure dans la mémoire nationale, le souvenir du 17 octobre 1961 fut longtemps occulté par celui du massacre de Charonne du 8 février 1962. Mais nous vivons aujourd’hui une inversion des mémoires. Ce qui était caché, revient.

Episode 12 - 1911, la conquête du pôle Sud
Réalisateur: Denis Van Waerebeke

Historien à l'image: Sylvain Venayre
Professeur d'histoire contemporaine à l'université Grenoble Alpes
Il a co-dirigé avec Pierre Singaravélou l’Histoire du monde au XIXe siècle (Paris, Fayard, 2017). Il dirige actuellement l’Histoire dessinée de la France (La Revue dessinée/La Découverte).

En 1911, l’expédition dirigée par le Norvégien Amundsen atteint le pôle Sud, gagnant ainsi une course engagée avec le Britannique Scott. L’histoire de la conquête des pôles est le dernier chapitre d’une longue épopée, fermant l’âge des grandes explorations scientifiques commencées à la fin du XVIIIe siècle et devenues extraordinairement médiatiques depuis la fin du XIXe siècle.
De nouvelles représentations de la planète apparaissent, l’aventure se réfugiant, avec l’inconnu géographique, au fond des mers ou dans l’espace intersidéral.

Episode 13 - -18 000, la grotte de Lascaux
Réalisateur: Jean-Christophe Ribot

Historien à l'image: François Bon
François Bon est professeur en archéologie préhistorique à l’université de Toulouse-Le Mirail
Il a notamment publié "Préhistoire, la fabrique de l'homme" (Seuil, 2006) et « Sapiens à l’œil nu » (CNRS éditions, 2019)

« Château de Versailles » ou « chapelle Sixtine » de la préhistoire, Lascaux, malgré sa célébrité mondiale, n’est désormais plus considérée comme le lieu de l’invention ou de la création de l’art. Depuis sa découverte quasi-miraculeuse en 1940, la grotte a certes été détrônée par d’autres sanctuaires de l’art, comme Chauvet, mais elle a surtout été largement dépassée en ancienneté : les plus anciennes grottes ornées connues sont aussi éloignées dans le temps de Lascaux que nous aujourd’hui d’elle… Et si Lascaux était un Moyen Âge de l’Art préhistorique et humain ?

Episode 14 - - 52, Alésia
Réalisateur: Thomas Sipp

Historienne à l'image: Emmanuelle Rosso
Emmanuelle Rosso est professeur en histoire de l’art et archéologie du monde romain à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, membre junior de l’IUF et membre de la SFAC (Société Française d’Archéologie Classique).

La défaite d’Alésia, en 52 avant JC, met fin à la fameuse « Guerre des Gaules » immortalisée par son vainqueur, Jules César. Année zéro de notre roman national, d’Alésia est devenue l’acte fondateur d’une unité gauloise improbable, personnalisée sous les traits d’un impossible héros, Vercingétorix. Mais cette séquence militaire n’est en fait qu’un acte de pacification de provinces gauloises alors largement romanisées depuis deux siècles au moins. Les gaulois sont-ils des gréco-romains comme les autres ?

Episode 15 - L’an Mil
Réalisateur: Denis van Waerebeke

Historienne à l'image: Juliette Dumasy-Rabineau
Maître de conférences en histoire médiévale à l'Université d'Orléans.

Que s’est-il passé en l'an mil ? Rien : cette date ne correspond à aucun événement majeur. Le passage du premier au deuxième millénaire n’a fait pas événement pour celles et ceux qui y vivaient mais elle fait événement pour nous : le thème des « terreurs de l’an mil » fut en grande partie une invention de l’historiographie romantique du XIXe siècle.
L’histoire ne fait donc décidément pas date en l’An Mil ? Si, mais pas comme on le croit : c’est une date épaisse, un événement de longue durée qui, par un jeu de basculements et de seuils fait émerger un nouveau monde, celui de la société féodale.

Episode 16 - - 1348 : la révolution religieuse d’Akhenaton
Réalisatrice: Florence Tran

Historien à l'image: Marc Gabolde
Professeur d’Egyptologie à l'Université Paul Valéry – Montpellier III.

Et si Blake et Mortimer avaient eu raison dans le mystère de la Grande pyramide ?
L’histoire des dix-sept ans de règne d’Akhenaton, dixième pharaon de la 18e dynastie, paraît parfois encore être un véritable « mystère » historique. Entre l’an IV et l’an VI de son règne, à une date qu’il est difficile de fixer avec précision mais qui se situe au milieu du XIVe siècle avant notre ère, Amenhotep IV devient Akhenaton. Il change de nom car il change de dieu. Et puisqu’il change de dieu, le roi fonde une nouvelle capitale dans un lieu désertique de la Moyenne Égypte, Akhétaton – cité sainte et ville palatiale, aujourd’hui Tell el-Amarna, qui l’exalte en tant que découvreur du nouveau culte.
Effacé de la mémoire jusqu’à sa redécouverte au milieu du XIXe siècle, Akhenaton nomme pour nous la révolution religieuse qui impose de manière violente, et éphémère, le culte d’un dieu unique, et avec elle ce que l’on imagine être la première étincelle du monothéisme.

Episode 17 - 1526, Babur s’empare de l’Inde à Panipat
Réalisatrice: Juliette Garcias

Historienne à l'image: Corinne Lefèvre
Chargée de recherches au CNRS, et membre du Centre d'Études - Inde - Asie du Sud (CEIAS)


Le 21 avril 1526, le petit roi de Kaboul Babur prend audacieusement l’Inde du nord au sultan de Delhi, Ibrahim Lodi. Avec sa victoire, s’ouvre le temps de la seconde islamisation, qui va se propager jusqu’aux rivages de l’Indonésie. Descendant du puissant et terrifiant Tamerlan, mort en 1404, Babur incarne une synthèse des traditions culturelles et politiques de l’islam médiéval et mamelouke. Auteur d’une autobiographie unique en son genre, avec lui s’invente un genre de pouvoir personnel et universel, sous la forme du grand empire Moghol, qui domine le sous-continent indien jusqu’à l’orée du XIXe siècle.


Episode 18 - 1324 : le pèlerinage de Mansa Moussah à la Mecque
Réalisatrice: Lucie Caries

Historien à l’image : Hadrien Collet
Membre scientifique de l’Ifao depuis septembre 2019, Hadrien Collet est spécialiste d’histoire de l’islam médiéval. Il mène actuellement un projet de recherche au Caire sur l’histoire des relations entre l’Egypte médiévale et l’Afrique subsaharienne.

Les chroniques arabes du XIVe siècle bruissent d’une rumeur : du plus lointain des terres à l’occident du monde connu, par-delà le désert du Sahara, un empereur noir et sa cour ont traversé les terres de l’islam pour se rendre en pèlerinage à La Mecque, en séjournant dans la capitale du monde d’islamique d’alors, Le Caire. Ruisselant d’or et de précieux cadeaux, cette démonstration de puissance et de symboles révèlent au monde musulman, ébranlé par le pouvoir des nomades des steppes de l’Asie centrale mongole, puis turque, que la propagation de la révélation de Mahomet a bâti un arrière-monde qui est aussi la principale source d’approvisionnement des empires en or et en esclaves.


Episode 19 - 1812, la bataille de Borodino
Réalisateur : Thomas Sipp

Historienne à l'image: Marie-Pierre Rey
Professeur d'histoire russe et soviétique à l'Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne et directrice du Centre de recherches en histoire des Slaves.

Peu de français, hormis les lecteurs de Tolstoï, connaissent le nom de Borodino, qui encore aujourd’hui reste le principal lieu de mémoire, à quelque 100 km de Moscou, de la résistance russe à l’envahisseur Napoléon Bonaparte. Considérée par les Russes comme une victoire magique, mais certes « à la Pyrrhus », il se trouve que les blindés nazis s’embourbèrent aussi à peu près au même lieu 130 ans plus tard en 1942. Mais en 1812 la bataille de la Borodino a été convertie par la puissance manipulatrice des bulletins de la Grande armée de Napoléon en « bataille victorieuse de la Moskova ». En employant tous les procédés de la propagande d’alors, Napoléon n’a pourtant pas évité le pire : le temps et les troupes perdus à Borodino, ont permis au tsar Alexandre de vider Moscou et de tendre à l’Empereur des français un piège autant psychologique que stratégique. Une semaine plus tard, Napoléon croit entrer vainqueur dans une capitale qui, sous ses yeux, s’embrase quelques heures après son arrivée. Au milieu des cendres, ce dernier ne peut que contempler le signe annoncé de sa chute – et la retraite trop tardive « de Russie » en plein hiver marquera la décimation en masse des grognards épuisés de l’empereur. Le signal de la chute de l’Aigle aura été presque aussi rapide que son ascension fulgurante treize ans plus tôt…


Episode 20 - 1973 : l’autre 11 septembre, le coup d’État militaire contre Allende ou le deuil de l’utopie politique ?
Réalisateur : Denis Van Waerebeke

Historienne à l’image : Eugenia Palieraki
Maîtresse de conférences à l’université de Cergy-Pontoise. Elle a également été professeur invitée à la Pontificia Universidad Católica (Chili) et à l’université de Princeton.

Avant que les attentats de 2001 n’en recouvrent le souvenir, la date du 11 septembre était associée à un autre événement global : celui du renversement du gouvernement socialiste de l’Unité Populaire par les forces armées chiliennes, appuyées par les services secrets américains, en 1973.
Les images du président Allende encadré de ses gardes du corps, l’air hagard, quelques heures avant d’être poussé au suicide font le tour du monde. La stupeur initiale se mue, dans plusieurs pays d’Europe dont la France, en une mobilisation politique et citoyenne durable qui va bien au-delà de la gauche intellectuelle et militante.
Pourquoi le sort de ce petit pays de 9 millions d’habitants a-t-il à ce point concerné l’opinion internationale de gauche ?

fiche technique

Avec : Patrick Boucheron

Auteur : Patrick Boucheron & Denis van Waerebeke

Coproducteurs : ARTE

Producteur : Serge Lalou & Valérianne Boué - Les Films d'Ici

Durée : 10 x 26 min

ISAN : 0000-0004-5EB8-0001-F-0000-0000-T

DU MEME REALISATEUR

Loading..

DANS LA MEME COLLECTION

Loading..

LA MEME ANNEE

Loading..